concours excellencemaf et mofsecrets d'atelier

Deux mois pour terminer l’oeuvre du concours MOF couvreur

La pression monte du côté des candidats au concours un des meilleurs ouvriers de France, dont Stéphane Colinet que nous suivons depuis plusieurs mois. L’heure avec un grand H approche.

C’est le rêve de leur vie : décrocher la médaille du concours Un des meilleurs ouvriers de France. Et certains candidats y ont déjà consacré plusieurs années, en temps de réflexion, en temps de préparation et au final, de réalisation. C’est le cas de Stéphane qui doit livrer sa maquette dans moins de 2 mois.

Couvreur-zingueur de formation, Stéphane Colinet jette toutes ses forces dans la réalisation des dernières étapes de sa maquette. Sa maquette ? Ce sera la consécration de près de 1500 heures de travail (il n’a pas vraiment compté les heures) après s’être enfermé dans un atelier depuis un an, en étant privé de vacances et sans voir sa famille. C’est le prix à payer et notre homme le sait depuis le début de son aventure.

« Mais ma femme et mes enfants sont là, ils me soutiennent, et c’est tellement important pour moi, c’est ce qui me permet de tenir et de ne rien lâcher » confesse Stéphane. « Ma femme est adorable, elle a compris l’enjeu que ça représente pour moi, et c’est un vrai cadeau pour moi » insiste le candidat.

Un bon moral grâce à la famille et à son parrain

Dans l’aventure, il y a également son parrain, Adrien Beaugendre, 26 ans, l’un des plus jeunes Meilleurs ouvriers de France en couverture ornementation, et ex collègue de Stéphane. « Il m’appelle souvent pour voir où j’en suis et pour m’encourager, et ça aussi, c’est très important » souligne Stéphane.

Alors, à deux mois de livrer sa maquette, Stéphane juge que tout va bien en ce qui le concerne. « J’ai le moral, j’ai terminé la pose des tuiles et de l’ardoise sur la tourelle. Il me reste à terminer les parties métalliques, mais c’est un moindre souci. Le plus dur a été fait avec la pose des tuiles, du zinc à joint debout et la réalisation de la noue cintrée, qui ont représenté un boulot fastidieux. Et c’est là-dessus, que le jury nous attend… »

La seule inquiétude de Stéphane concerne la gestion du temps qui lui reste pour peaufiner son oeuvre. Salarié dans une entreprise de couverture parisienne, il doit en effet terminer de gros chantiers de rénovation avec des équipes en partie réduites aujourd’hui (le secteur souffre de difficultés de recrutement de personnel qualifié).

Un an de travail, enfermé dans un atelier, sans vacances… c’est le prix à payer pour tenter de remporter la médaille de Meilleur ouvrier de France !

Savoir gérer la pression du temps !

« Forcément, ma direction me met un peu la pression pour que les chantiers soient livrés à temps, et moi de mon côté, je leur demande un aménagement de temps (congés sans solde) pour finir ma maquette, en ne travaillant que 2 jours par semaine en entreprise. Cette situation n’est pas simple ni pour moi ni pour l’entreprise » admet-t-il.

Pendant les deux mois restants, Stéphane veut en effet pouvoir travailler le plus possible sur sa maquette afin de pouvoir la terminer dans les meilleures conditions. « En fait, on a toujours l’impression qu’il nous manque du temps, car nous sommes dans un esprit de concours, mais au final, il ne faudrait pas se laisser trop dévorer par cette inquiétude ».

Ce qui lui pose surtout question aujourd’hui, c’est le travail qui sera fourni par les autres candidats. « Je me demande ce qu’ils vont livrer le jour J. La découverte des œuvres des candidats m’interpelle vraiment plus que la note que je vais obtenir, car je sens que je suis allé au bout de mes possibilités concernant mon travail. » souligne Stéphane.

Le jour de la livraison de la maquette : « comme un feu d’artifices »

Le jour de la réception de l’oeuvre, Stéphane imagine que son regard sera focalisé sur la livraison des maquettes de ses concurrents. « Ce jour sera vraiment magique pour moi, comme lorsque je regarde un feu d’artifices », se dit le candidat déjà émerveillé à l’idée de cette découverte. Mais mon optique, est aussi de me surprendre et d’être le meilleur par rapport à moi-même, termine le couvreur.

Alors, rendez-vous dans moins de deux mois pour suivre la livraison de la maquette qui sera suivie des délibérations du jury et de la notation finale…. A suivre dans nos prochains articles.

Source : Apiedoeuvre.fr

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fermer
Fermer