Situation emploi

La Construction Métallique veut former de la main d’oeuvre

La construction métallique, un secteur dynamique et en croissance, souhaite développer les formations et susciter des vocations.

Avec de belles perspectives annoncées pour les exercices à venir, le Syndicat de la Construction Métallique de France qui regroupe 750 entreprises confirme que la construction métallique française constitue un secteur aux multiples possibilités de carrière.

Le secteur a en effet enregistré une progression de 4 % de son CA en 2018 pour un marché établi à 3,7 milliards d’euros. Il confirme une visibilité des carnets de commande à 6 mois, toutes tailles d’entreprises confondues. Du côté de l’exportation, elles se maintiennent au même niveau que 2017 et représentent environ 7 % de l’activité du secteur.

Mais le manque de formation pourrait être un frein au développement indispensable de la profession. En effet, certains dirigeants d’entreprises françaises de construction métallique regrettent de ne pouvoir augmenter leur production, simplement faute d’impossibilité en recrutement de personnel. 

15 000 recrutements à effectuer d’ici à 2024

Le SCMF estime à 15.000 le nombre de recrutements nécessaires d’ici à 2024 pour couvrir les besoins de ses entreprises, soit 3.000 postes par an pendant 5 ans. Cette forte demande concerne toutes les fonctions des entreprises de construction métallique : 

• En Atelier : soudeur qualifié, ingénieur soudeur, opérateur à commande numérique pour robots, chaîne d’automatisation, découpe, chef d’atelier, peintre. 
• Au bureau : dessinateur, technicien construction métallique, ingénieur bureau d’études, chargé d’affaires, responsable qualité. 
• En chantier : monteur levageur, chef d’équipe, chef de chantier, conducteur de travaux. 

Pour faire face à cette problématique, le SCMF et toute la profession de la construction métallique entreprennent des actions en matière de formations, avec notamment la création par l’APK d’un nouveau BTS AMCR (Architecture, Métal, Conception et Réalisation) mais aussi un partenariat mené avec l’Afpa, la création de formations internes dans les entreprises ou encore le lancement d’une semaine nationale de journées portes ouvertes chez les entreprises adhérentes du 13 au 17 mai prochains. 

Appel aux régions pour soutenir la construction métallique

À ce sujet, le SCMF sensibilise l’ensemble des régions pour soutenir et accompagner ses entreprises. En effet, les régions qui sont désormais gestionnaires des fonds formations ont défini les filières à soutenir en relation avec les agences pôles emploi.

 « Il nous faut dans chaque région convaincre les services de Pôle Emploi et les instances régionales de la nécessité de mettre en place les formations répondant à nos besoins de recrutement. » déplore Roger Briand,

 « Nous devons rappeler la grande diversité de nos constructions et de nos réalisations pour montrer l’importance de notre activité. Rénovations, construction des gares ferroviaires, la création de ponts, passerelles, bâtiments tertiaires, bâtiments industriels… Une activité grandissante dans le domaine des réhabilitations complexes, extensions, sur-élévations… La construction métallique étant la plus performante pour consolider, réaliser des reprises de charges, construire durablement en site contraint. » termine-t-il.

Brochet Lajus Pueyo Architectes

5000 stagiaires formés à l’Afpa Ile de France


Christophe Vandaele, Directeur du Centre Afpa Champs-sur-Marne et Meaux (77), seul Centre Afpa à dispenser ces formations en Île-de-France. Depuis 30 ans l’Agence pour la Formation Professionnelle des Adultes de Champs-sur-Marne (77) a formé et certifié près de 5.000 stagiaires en continue ou en alternance dans les métiers de la construction métallique.

Ces formations répondent aux offres de recrutement des entreprises de ce secteur sur des métiers en tension : dessinateurs d’ouvrages, techniciens supérieurs d’études en construction métallique. Avec les grands chantiers franciliens relatifs au Grand Paris et aux Jeux Olympiques ainsi que l’évolution réglementaire propre à ces métiers, le territoire nécessite toujours plus de professionnels hautement qualifiés.

Dans ce contexte et à titre d’exemple, 100 % des diplômés 2018 “Dessinateurs d’ouvrages en métallerie” du centre Afpa de Champs-sur-Marne ont été recrutés en CDI. Et Christophe Vandaele de préciser que « L’Afpa de Champs-sur-Marne organise un événement dédié “Bureaux d’études” », le 21 mars 2019 à partir de 9 heures – 67, avenue Général de Gaulle, 77420 Champs-sur-Marne.


Journées portes ouvertes de la construction métallique du 13 au 17 mai 2019 

Face à la méconnaissance de ses métiers, le SCMF va développer des actions de communication et d’information afin de faciliter l’orientation des jeunes vers son secteur d’activités dès leur sortie des collèges ou lycées.

Le SCMF va ainsi orchestrer une campagne d’information nationale pour un déploiement dans toutes les régions de France auprès des jeunes, professeurs, conseillers d’orientation ; de nombreuses entreprises se sont déjà portées volontaires pour les accueillir.

Avec des visites des ateliers, des bureaux d’études et des sites de construction, ces journées portes ouvertes permettront aux visiteurs d’appréhender ainsi toute la diversité des métiers de la construction métallique et leurs opportunités de carrière. Notons que pour cette première année, le SCMF et ses entreprises escomptent accueillir plus de 1.000 jeunes étudiants.

Un accès plus direct aux marchés publics pour la construction métallique

En 2018, le SCMF a multiplié les rendez-vous avec les Ministères, les élus pour les sensibiliser à la problématique de l’accessibilité des PME, PMI aux marchés publics. Le code des marchés publics prévoit de privilégier l’allotissement plutôt que de recourir au marché en entreprise générale, mais, dans les faits, il n’est pas toujours possible pour l’acheteur public de respecter cette recommandation et bon nombre de marchés, surtout les plus importants, sont passés en mode entreprise générale.

Trop souvent après avoir obtenu le marché, l’entreprise générale sous-traite certains lots à des entreprises étrangères. Le maître d’ouvrage étant écarté de facto d’un choix final des entreprises sous-traitantes réalisatrices des travaux pourtant financés par les deniers publics. Le SCMF continue donc à se mobiliser pour intégrer des groupes de travail (Sénat, Assemblée, Ministères) afin de faire évoluer cette situation et permettre l’accès des PME aux commandes publiques.

 Le SCMF demande que lors des appels d’offre public, les entreprises générales indiquent bien dans leur offre les noms des entreprises sous-traitantes des lots principaux comme celui de la construction métallique et qu’elles aient, après avoir reçu la commande, l’obligation de ne pas en changer sans l’accord du maître d’ouvrage. L’acheteur public ne sera pas ainsi mis devant le fait accompli et pourra agir en connaissance de cause notamment lors de l’attribution du marché à l’entreprise générale.

Source : Apiedoeuvre.fr

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer