concours excellence

34 lauréats MOF récompensés dans les métiers du Bâtiment

Quelque 197 lauréats MOF dont 34 dans les métiers du Bâtiment ont gravi l’estrade de la Sorbonne à Paris pour recevoir le titre de l’Un des meilleurs ouvriers de France, à l’occasion du 26e concours.

C’était un moment très fort, attendu et espéré par des dizaines de lauréats MOF, venus récupérer officiellement leurs médailles et diplômes à l’issue de ce concours exigeant et très difficile. C’est en effet au prix de très longs mois d’espoirs, de doutes, et de travail acharné qu’ils auront pu remporter ce titre prestigieux dont ils ont tant rêvé.

Ils étaient donc 197 lauréats, hors lauréats honoris causa, à gravir l’estrade de la Sorbonne, un lieu emblématique que la plupart ont découvert, pour la remise des titres de ce 26e concours. Un 26e concours moins riche en lauréats que le 25e qui, lui, comptait 225 MOF. Fait étonnant : il y avait davantage de candidats finalistes pour ce 26e concours (692 contre 592 pour le 25e concours), mais le résultat a été moins probant en termes de lauréats reçus MOF.

Bonne nouvelle cependant pour le secteur, les métiers du Bâtiment occupent la 2e marche du podium en termes de lauréats (33), derrière les métiers de l’alimentation (42 lauréats). Un bon score, « plus représentatif » que ceux des métiers de l’alimentation, estime le COET MOF.

« Les métiers de bouche, c’est un peu l’arbre qui cache la forêt », jugeait le secrétaire général du COET MOF, Jean-Luc Chabanne, quelques jours avant la remise des titres aux lauréats. En effet, ces métiers participent à une sorte de « cannibalisation du concours », en termes de chiffres, en raison d’un processus de TV réalité avéré. Et pourtant, il faut savoir que sur les 500 candidats environ présents aux qualifications « cuisiniers », seuls 7 d’entre eux ont été reçus MOF.

Une régularité pour les lauréats MOF dans le Bâtiment

La filière des métiers du Bâtiment affiche de son côté une régularité assez constante en termes de lauréats reçus MOF (34 en tout) Si certains métiers n’ont pas validé de lauréats MOF ou très peu, (comme dans les métiers de la plâtrerie, la taille de pierre, la charpente ou la métallerie-serrurerie) d’autres en revanche affichent un nombre de candidats satisfaisant.

Citons le cas des métiers de la Couverture (6 lauréats) avec à nouveau des œuvres remarquables (en photo) ou ceux des métiers de la peinture Bâtiment et décors (6 lauréats) dont le référentiel du concours révisé a permis l’émergence d’une nouvelle génération de peintres MOF. Enfin, le cas des épreuves maçonnerie est intéressant : 5 candidats MOF, et au final, 5 lauréats reçus…

Un couac à noter cependant : la classe carrelage dont les œuvres ont dû être réévaluées par un second jury début mai. Des inexactitudes et aberrations avaient été remarquées et signalées par des candidats après la première évaluation, justifiant la dissolution du premier jury des carreleurs …

« L’épreuve carrelage n’a pas été annulée et il a été décidé que les oeuvres soient rejugées, après le constat d’un dysfonctionnement majeur du jury » avait indiqué Christian Forestier, président du COET MOF, lors de l’Assemblée générale de l’institution. Les oeuvres des métiers carrelage ont été réévaluées les 2 et 3 mai… et un seul candidat a été confirmé lauréat MOF (voir liste ci-dessous)

La classe couverture-ornementation de toiture compte 6 lauréats pour le 26e concours MOF

Un plan de modernisation du concours MOF en cours

Autre point, les résultats du concours montrent qu’il y a des candidats dans tous les départements. Cet impact dans les territoires est intéressant, relève le COET MOF qui constate que les grandes métropoles comme Paris et Lyon, n’embarquent plus la majorité des lauréats, comme cela fut le cas par le passé. Exemple : la région Grand-Est affiche 27 lauréats MOF pour ce concours, idem pour la région Rhône-Alpes.

En revanche, certaines spécificités régionales demeurent dans certains métiers dont ceux liés au Patrimoine. « Il faut aller regarder les résultats, territoire par territoire, afin d’améliorer notre relation avec les talents » reprend le secrétaire général qui poursuit : « Un plan de modernisation du COET a été validé et obligera notre maison à être plus attentive notamment vis-à-vis des candidats en amont du concours » reprend le responsable.

Réforme de l’apprentissage : des impacts pour le COET

La Loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel (du 05-09 2018) aura également des impacts sur l’organisation du concours, estime le COET MOF. Pourquoi ? Parce qu’elle replace l’entreprise au centre du processus et permet aux salariés de choisir leurs parcours de formation.

« Le COET doit également assurer cette égalité des chances entre les candidats, dont les salariés et les chefs d’entreprise. Nous n’avons jamais regardé avec précision certains facteurs : comme le coût du concours, le temps qu’ils prend. Il se raconte beaucoup de choses mais il nous faut une transparence »

La rédaction d’un rapport d’activité détaillé a permis d’établir un bilan du concours pour la première fois. « Il y a matière à gratter mais cela a été réalisé davantage dans l’esprit d’un laboratoire pour étudier comment améliorer les choses » reprend Jean-Luc Chabanne. Le COET MOF a en effet l’intention de regarder un peu plus près ce qui se passe dans les régions et les métiers.

En attendant, la remise des médailles à la Sorbonne, en présence de 50 chefs d’entreprises et 4 start-up, a conclu la 26e édition du concours. Un concours qui laissera un souvenir inoubliable aux lauréats et à leurs proches qui les ont soutenus, pour certains, pendant une année complète

La classe Peintres bâtiment et décor qui a revu le référentiel du concours compte 6 lauréats pour le 26e concours.

Les lauréats MOF dans le Bâtiment

Carrelage : Steve Vallet
Charpente construction bois : Sébastien Girardeau
Couverture-ornemaniste métallique : Damien Bouloy, Eric Romieu, Kévin Flour, Marc Linotte, Pascal Nogre, Stéphane Colinet
Génie climatique, chauffage : Cyril Dugast, Jean-Marc Valentin, Patrick Dagna
Maçonnerie : Fabrice Barret, Elio Carbonaro, Emmanuel Grima, Janick Rocher, Baptiste Vivier
Menuiserie : Romain Cappadona, Marc Spieser
Métallurgie – serrurerie : Jacky Keiff
Métiers de la pierre : Léo Cappuccio
Métiers du plâtre Sculpture décorative : Régis Goldber
Mosaïque d’art : Guislaine Carrier, Chantal Haller, Caroline Salagnac
Peinture d’intérieur et peinture décors : Damien Berton, Jérôme Blandin, Lyonel Barraquet, Nathalie Hardion, Pierre Kowaltschek, Thomas Cronimus
Travaux marbriers : Bruno Saint-Yves
Métiers de la Piscine : Matthieu Scanzi, Samuel Thomas, Antony Tommasone

 

Source : Apiedoeuvre.fr / D. Legrand

Tags

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Bouton retour en haut de la page
Fermer
Fermer